Quelques poètes du tanka francophone

Retour à l'Accueil         Catalogue

Date de mise à jour :

Retour à Histoire  - Poètes japonais contemporains

Sur cette page, vous allez trouver au fur et à mesure la présentation d'une partie des poètes du tanka francophone contemporain, issus des publications dans notre Revue du tanka francophone ou de notre maison d'édition, à partir de 2007, sur un total de 153 poètes publiés.


Marlène Alexa
Alexandrie (Egypte)

Perdu le contrôle
hibakusha sans espoir
de Fukushima
l’enfant berce tristement
sa poupée toujours malade
Marlène Alexa










Opaline Allandet
Besançon (Franche-Comté, France)


Nuages violets
dans le crépuscule naissant
le soleil éteint
Se laisse envahir par l'ombre
comme un linceul déployé







Une rose morte

aux blancs pétales flétris
éphémère vie
Tête courbée sur sa tige
son parfum n'envoûte plus

Grégory Ashbow
 
 
 
Premiers jours d'avril
dans cet estuaire écossais
petit phoque noir
étais-je si pitoyable
pour que tu aies tant de larmes ?
 
        
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des ombres furtives
dans les plis pourpres des monts
lointaines étoiles
au bord du Loch mystérieux
mes lèvres trouvent les tiennes


 
 

 
 
 
 

 

 

 

 

Micheline Aubé

Château Richier (Québec, Canada)


Le vent et la pluie
se disputent la terre
matin d’automne
j’ai trop de frères et soeurs
pour mon besoin d’espace
Le vent et la pluie
se disputent la terre
matin d'automne
j'ai trop de frères et sœurs
pour mon besoin d'espace

Une tornade
a emporté les maisons
combien de morts
elle ferme la télé
se remémorant les siens

Micheline Beaudry

Longueuil (Québec, Canada)

Micheline Beaudry
l’été indien
au paysage si lumineux
son reflet dans le lac
l’image que j’ai de lui
celui qu’il est réellement







Autres tanka publiés dans l'anthologie du tanka francophone (2010), éditions du tanka francophone :


Nuit de décembre
les mots se sont gelés
le silence aussi
en vain le feu allumé
en vain le vin rouge versé

Je rêvais
d’entendre le rythme
de ton cœur
il n’y avait que la mer
et ses roulis du soir

Au long du quai
la foule se presse en silence
sur l’écran d’information
le visage du soldat
mort aujourd’hui





dans la cour d’école

les premières couleurs de
l’érable
j’envie les jeunes courant
avec leur sac à dos

Janick Belleau :
Longueil (Québec / Canada)

http://www.janickbelleau.ca/fr/tanka.php

Janick Belleau
Feuilles vert tendre
dans l’érable un cardinal
apparaît
ta main dans mes cheveux
chassant mes tristes pensées









Il pleut –
deux merles se bécotent
entre deux vers
je me mets à les observer
je m’ennuie de toi


 
 
Matin de printemps
des mouettes se chamaillent
sur la rue
je mange des miettes
pensant à mon poids


 







Sur le pavé
fruits ailés des érables
bruit du balai –
mon vieux voisin m’annonce
la fin de la vieille voisine

         Maxianne Berger

Montréal, (Québec, Canada)

 Maxianne Berger

 


Masque du Pérou
des perles émeraude
s’échappent des yeux
comme je serais riche
avec de telles larmes





Maison de ferme

où Mamie avait grandi
en toute grâce
un simple coquelicot
transperce les décombres

Claire Bergeron
Québec, (Québec, Canada)


Claire Bergeron



Tapis de fruits rouges
parfumant le ciel d’octobre
récolte abondante
 m’assures-tu que demain
ma table sera garnie


 
 

 Matin de grisaille
un croassement rauque
se répand dans l’air
depuis son dernier appel
je retiens mes larmes

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

À ma fenêtre
une autre journée se lève
cinéma maison
 assise en première loge
je regarde les heures tomber

 

 


 
 

 
 
 
 

 

 



 
 

Le nid du fleuve
appelle les glaces des rives
cri inaudible
 le langage des oiseaux
me questionne chaque jour

Michel Betting
(Villeneuve d'Ascq, Nord / France)

les arbres ont grandi
des maisons ont été construites
comme tout a changé !
s’en souvient-il, le soleil couchant
de mes rêves d’enfant ?








Croissant de lune
en ce matin d’hiver
combien sont-ils
à contempler ce spectacle
en même temps que moi ?


Tristesse du koto
lui seul est en harmonie
avec mon coeur ce soir
pourquoi, à peine rencontrée
dois-je déjà te quitter ?

 

Claude Beucher
(Toulouse / France)


Rien qu’un petit vent
doux tapis chlorophyllien
pour nos ans lassés
amants brassés par l’oubli
d’un vieux serment imprudent.
 
 
 

 


 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Des coquelicots
cœurs qui dansent autour d’un puits
tes mots en écho
j'ai l'arrière-goût en tête
de nos bouches qui se joignent.

 


 
 

 
 
 
 

 

 


 

 

Souples patineurs,
mes doigts glissent sur ton corps
et tracent des courbes.
mais ton paysage d’hiver
balaye et noie mes sillons.

 

 

Hélène Boissé
(Sherbrooke - Québec / Canada)

Hélène Boissé


 

 

 

Dans mon Petit Robert
des feuilles d’automne séchées
dans mon cœur ta voix
elle aussi à l’abri
du temps qu’il fait

 

 


 

à propos de tout
à propos de rien
nos petits échanges
comme ils me manquent
matin midi soir

 
 

 
 
 
 

 

 

Micheline Bolland

Belgique

Assis côte à côte
fixant tous deux l’horizon
le soleil si pâle
au dernier jour des vacances
la même mélancolie

 

Marc Bonetto
Marseille (Bouches-du-Rhône, France)
Pour l’inconnue
qui s'attarde
je poserai sur le banc
mon exemplaire
des Fleurs du mal

 

Ani Boquillon

Extérieur nuit, pluie battante,
lampadaires, lune blafarde
la nuit sur Paris
est glacée et déprimante
-    mais l'amour s'attarde...


 

Virginie Buisson-Delandre, dit Virginie Colpart
Vergisson / Saône et Loire / France)

Redoux de printemps
nuits qu’illumine la fièvre
pas de lendemain
pour les irradiés, l’adieu
tiédeur douce de l’été


Matin de juillet
sur une aire de repos
amer café noir
bitume de l’autoroute
droit sur l’horizon vermeil.



Stores mi-clos
la lumière du matin
entre en pointillés
ils écrivent sur les murs
mes rêves interrompus

Couchant d’automne
le ciel tire les rideaux
d’un velours trop rouge
au concert du Bataclan
des décibels - et des balles



André Cayrel
Montpellier, (Languedoc-Roussillon, France)

 

dans un vieux cahier
le portrait d’une inconnue
par un anonyme
quelques traits effacés
le sourire est resté
 




  
 
 

Métro surchauffé
je vois un chien d’aveugle
me tirer la langue
l'aveugle souriante
me regarde sans voir


 

 

 


Diane Caza
(Québec, Canada)

Flairant le tendre
Les loups sont entrés dans Paris *
Pêle-mêle sous les tables
le sang les blessés les morts
les cartouches et les souliers

* Albert Vitali

Maryse Chaday
(Var - France)
Maryse Chaday






Salle d’attente
mains croisées sur les taches
du bleu de travail
le regard du vieil homme
traverse la fenêtre

 

Frôlement léger
d’un bourdon autour de moi
mimosas en fleurs
pour un printemps solitaire
sans ta main dans mes cheveux

José Chanly
(Fosses-la-Ville, Belgique)


Chaque fois qu'un groupe
d'arbres en rangs parallèles
me fait face, Klimt
m'apparaît avec ses blancs
bouleaux et ses femmes rousses




 

 

Patrick Chaumont
Marseille, (Bouches du Rhône, France)

Vide le filet !
Le pêcheur s’est échappé
- saisi par la mer
le bol vide du mendiant
- il déborde de soleil !




 


Isabel Colacios de la Fuenté

(Roissy en Brie / France)


Sur mon saphora
un gros matou blanc tigré
joue à cache-cache
moi penchée sur mon balcon
j’admire le spectacle




Tropiques amers
une saga française
sur l’esclave
La Martinique lourde
du joug de ses colons blanc 


 

Micheline Comtois-Cécyre

Québec, (Canada)

Le Nordet souffle
sur le fleuve en février
bourrasques de neige
pour l’homme qui va mourir
dernier voyage d’hive





Anne Cottereau

Rennes, (Bretagne, France) 

Alors qu’on flotte
parfaitement sur la mer
c’est le ciel qu’on voit
je suis comme cette nouille
là, dans ma soupe froide





Chantal Couliou
(Brest, Finistère / France)

Chantal Couliou

Jour de l'an
toute la famille réunie
autour de la grand-mère.
Évanouies les querelles
dans les bulles de champagne.





Dans le jardin
un journal abandonné
aux assauts de la pluie.
Oubliées la rumeur du monde
et les mauvaises nouvelles.    


La colère des vagues
sur le ruban de galets
et le cri d’une mouette.
ce jour anniversaire - seule -
tu es parti loin de moi


Marie-Dominique Crabières
Pau, (Pyrénées atlantiques, France)

Marie Verbial


 
 

 Taches de soleil
par le « capéou » de paille
aux mains sur la pioche
dans le décolleté aussi
le sillon se creuse

 

 

Près des nénuphars
le reflet violet des figues
penchées sur l'étang
 
 Suis-je le vent à la surface ?
la carpe koï ébahie ?


 

 

C'est ma lourde natte
nouée d'un ruban le soir
que l'aube dénoue
ces mots que l'on ne peut dire

s'ils m'échappaient n'y crois pas...

 


 
 

 
 
 
 


 

 

Matin dans la neige
mes petits pas dans les siens
Les flaques qui craquent
D'un hiver l'autre, ce froid
mon cœur, comment l'endurer ?

Françoise Crémadès
Martigues (Bouches du Rhône, France)

Le ruban de brume
qui cache la sainte Victoire
flotte sur l'étang
mon cœur gèle depuis le 13
comment finir cet hiver ?





Jean-Louis D'Abrigeon
Aubenas (Ardèche, France)

Été qui tourne court -
l'absence autour du buddleia
occupe un grand vide
si le ciel déversait un peu
la ronde reprendrait


Nuits après nuits
le gel dans son coin assemble
tant de fleurs
que le soleil lui jalouse
sa blanche lumière

Sandrine Davin
Grenoble (Isère, France)

Sandrine Davin

Au soleil d’été
sous le cerisier en fleurs
un chapeau de paille
et le souvenir de toi
accroché à mes pupilles















La nuit s'effiloche

à la lueur de la lune
et les ombres fuient
vers la lumière éternelle
son sourire à mes côtés

Dominique Decamps
(Marseille, (Bouche du Rhône, France)

Pas à pas la plage
sur l’empreinte des mouettes
en ligne de fuite
ne pas refaire à l’envers
notre trajet pas à pas

Doucement l’automne
juste à peine une rousseur
à l’ombre des pins
tu t’attardes sur ma peau
laisses un creux comme un sillon


Lola dix-sept ans
toi dans les feuilles d’automne
ta photo prend l’eau
on se serre tous ensemble
presque comme une prière

Clara Delhaye
(Paris - France)


S’étirent les chats
dans les jardins des couvents
langueur, volupté
sous le soleil de Rome
ont rendez-vous avec vous.



Café matinal
des amants désenchantés
magie envolée
lèvres scellées, silence
histoire sans paroles.




Point incandescent
cigarette consumée
volutes bleutées
la vie à bout de souffle
un filet d’air s’envole.


Plages normandes
juin quarante-quatre
nuée de bombes
une femme git, morte
la maman de ma maman.

Jean Denonzier
(Québec)


La mitraille pleut
en pleurs l’enfant danse
pour chasser la peur
la couleur des larmes
est-elle celle du sang?






Matin lumineux
l’aube entre nuit et jour
sépare l’horizon
moment fragile
où tout peut basculer

Diane Descoteaux

Québec (Canada)

Diane Descoteaux
Allez donc savoir
comment l’homme arrive à voir
l’ombre d’une empreinte
par laquelle il croit pouvoir
sortir de ce labyrinthe…






Nathalie Dhenin

Compiègne, (France)

Nathalie Dhenin

Allez donc savoir
comment l’homme arrive à voir
l’ombre d’une empreinte
par laquelle il croit pouvoir
sortir de ce labyrinthe…






Jean Dorval
(Québec / Canada)

lien vers un site anglophone de tanka où se trouve Jean Dorval : Atlas Poetica

Jean Dorval

 

 

Le matin soyeux
en éveil de ton sourire
j’ouvre les rideaux
 
ce désir qui fait écran
en prenant toute la place
 

 


 

Seule avec le vent
Une passante non-voyante
Elle me tend la main
 
Tourbillon de feuilles
Quelle traversée !

  


 
 

 
 
 
 Le temps d'un regard
l'espace qui s'arrondit
mi-soleil mi-lune
 
deux enfants à la marelle
crayonnent le jour la nuit



 

Patrick Druart
Urou et Crennes, (Orne, France)

Patrick Druart

Brisures de givre
tu veux savoir si je t'aime
au creux de l'hiver
 le ruisseau murmure-t-il
des mots d'amour à la source ?
 
 
 Errant en ces lieux
de nos ivresses d’antan
qu’es-tu devenue ?
une gargouille sans coeur
semble me tirer la langue

 


 
 

 

 

 

 

 

 

Averse d'automne
de mille chuchotis bruit
la mas déserté
 dans les ruines de mon cœur
pas le plus petit murmure

 

 


 
 

 
 
 
 

 

 


 

Comme elle est pâlotte
la lune d'hiver épiant
le soleil couchant !
comme il est glacial le lit
depuis que tu n'es plus là !

 

Hélène Duc
Hélène Duc

Lenteur de l’éveil
par l’ajour des volets clos
j’écoute décroître
le solfège des oiseaux
dans la ville qui klaxonne

 


 













Flash info du jour
«risque de tumeurs accru
près de Fukushima»
par la fenêtre je guette
l’éclosion des bourgeons
Ondée matinale
un reste de nuit au fond
de la cafetière
et tout ce temps aveugle
à tes yeux posés sur moi

Huguette Ducharme
(Québec / Canada)

Huguette Ducharme

en ce jour d'hiver
mon amour ne parle plus
soins palliatifs
 des fumeurs à la sortie
envie de les engueuler
  

 

Un vent léger
le carillon de bambou
chante à peine
en mon cœur une berceuse
pour l'enfant déjà loin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


tant de printemps
passés à planter ces arbres
ampoules aux mains
 dans l'allée des épinettes
le cimetière des chats

 

 

      

 

le goutte à goutte
d'une perfusion saline
au creux de son bras
 il parle sans cesse
de ses projets futurs

André Duhaime
(Gatineau, Québec / Canada)

André Duhaime

sans décrocher la lune
voler au-dessus des nuages
y manger même
ça fait plaisir à voir
dire qu'il pleut en bas




la bretelle aguichante
qui jadis devait pendre
sur l'humérus de cette aïeule
aucune trace de ses ailes
et pourtant

 
Marine Dussarat
Béarn, France

La fourmi a dit
je suis un petit soldat
en avant et marche
le monde sans moi
tournerait-il aussi rond ?


 

 


 

 

 


 
 
      

Danièle Duteil
(Bretagne / France)

Danièle Duteil

Arrière-saison
dans la vitrine du port
les mannequins nus
le soleil rase les murs
à la recherche d'une ombre
 

 Dans le matin bleu
deux pinsons se répondent
face à la mer
j’attends le réveil des miens
dernière journée en famille


 

Maison à vendre
la branche de seringa
ploie sous les fleurs
un peu de leur parfum
au creux de ma mémoire

 

 

 

 

 

Vent fou de novembre
deux cents lumières vacillent
au-dessus du pont
ton dernier bateau s'en fut
un froid matin de janvier

 


 
 

 
 
 
 

 

 



 
 

Elle est si petite
la maison de l’enfance !
Juste entrouvrir le portail.
 Le jardin assoupi
se souvient-il de nos rires ?

 

 

Patrick Faucher
Antibes, (Alpes maritime, France)

Patrick Faucher

Lever matinal
déjà un oiseau piaille
odeur de café
disparus tous mes rêves
avec l'ombre de la nuit



 

Entre les lotus
quelques canards nonchalants
douceur du matin
et toi que vois tu là-bas
à l'autre bout du monde

 

 

 

 

 

 

Chemin escarpé
marchant dans l'ombre des pins
un homme courbé
 
et le souvenir présent
d'un grand-père disparu

 

 

 


 
 
      

là, une poignée d'étoiles
jetée par dessus les toits
prés de l'abri bus
quelques voyageurs transis
et déjà la nuit !

 

Jacques Ferlay

Marseille (Bouches du Rhône, France)

Jacques Ferlay
Le fier chevalier
attaque les marguerites
d'une épée cinglante
il ignore que, plus grand,
il les interrogera



Pierre Gabarra
Toulouse, (Haute Garonne, France)

bruissements de feuilles
le vent emporte à l’automne
mon cœur au  matin
mes yeux rougis de larmes
pleurent l’amour de ma vie.


 


Françoise Gabriel


La batterie faible
de l’écran en mode nuit
éteint le poème
des bribes de sa mémoire
réapparaissent au matin


 


Alhama Garcia
Var, France

Alhama Garcia

Alhama Garcia est né en Espagne en 1944.
La famille s'installe en France en 1952.
A l'initiative d'Aragon, il participe aux Lettres Françaises en 1970 et 1971.
Il publie « La Saison des Cendres » en 1972 (E.F.R.), et collabore à la revue Action Poétique jusqu'en 1975.
Depuis 1975, il vit dans le Massif des Maures.
Il vient d'être choisi par le comité de lecture des éditions du tanka francophone
pour publier son prochain recueil "Telluries"
 

Dans le haut jardin
à travers l'écran mon père
sortira du rêve
attentif au courant d'eau
j'écouterai son silence



Longtemps je me suis
lié les mains cousu langue
et lèvres et cette torture
ne m’a rien appris ici
je défais les fils je marche
Une onde si lente
mobile fraîche immobile
le maquis déroule
les leçons de lumière
sous la voûte de ténèbre


Julien Gargani
Paris (Île de France, France)

L’horizon s’échappe
seul l’enfant le rattrape
juste pour le jeu
 dans un grand éclat de rire
il fusionne avec le vrai
 
 
 

 
 

Le bruit étouffé
de nos pas dans la neige
l'enfant tombe sec
son rire rebondit loin
sur les vieilles montagnes

 

 

 

 

 

 

Des milliers de doigts
de béton montrent le ciel
sans dire pourquoi
 la ville infinie s’étend
en écrasant les étoiles

 


 
 Triste novembre
ta tumeur dégouline
jusque sur nos vies
demain, s’il fait beau, j’irai
là où je ne sers à rien

Le petit homme
veut attraper la lune
avec ses deux mains
je n’ose pas lui dire
que ce n’est pas possible

 

  Les bruits des pages
d’un livre qui se tourne
parfois dans mon dos
il y a une autre vie
qui doucement me frôle

 

Martine Gonfalone-Modigliani
Barjols, Var /France)

Ancienne Président de l'Association Francophone de Haïku
Membre du jury de la Revue du tanka francophone


 Martine Gonfalone Modigliani


 Sur le bureau
les papiers éparpillés
la chatte y ronronne
elle a sept fois dix ans
à côté d’elle rajeunir
 

 
 

 

 

Le genêt s’ensoleille
le rosier grimpant en fleurs
jardin en beauté
 et l’on oublie tout soudain
du dos courbé vers la terre.
 
 

Petit matin rose -
traçant de nouveaux kanji
les avions de ligne
réinventer ses lectures
dans la lumière du ciel 

 

 

 

Sur le canapé
allongé comme un pacha
- sa patte sur ma joue
au coin venteux de la rue
un SDF et son chien

 


 
 

 
 
 
 
Senteur du matin
premières fleurs de l’oranger
souvenir d’enfance :
 le bon lait chaud parfumé
de ma grand-mère chérie !

Pascal Goovaerts
Laval,( Québec – Canada)


Chemin de l’école
poussée par un tourbillon
une première feuille jaune
dans mon carnet à dessin
une bicyclette la poursuit






Nicole Gremion
Marseille,(Bouches du Rhône, France)

Ce bouquet d’iris
sur fond de ciel hivernal
j’y vois le reflet
sur tes paupières meurtries
des bleus de la solitude







Nicolas Grenier
Paris, (île de France, France)

Prix Paul Eluard 2011


 Nicolas Grenier


 
 

 

 

 

 

 

 

 


I.

Rue de l’Échaudé
Ô Rhumerie des Louville
Minuit en zigzag
Au carrefour Mabillon
C’est l’hiver dans le ciel rose


II.

Loin de l’herbe folle
Au crépuscule doré
Sur la chaussée brute
Entre les automobiles
Mon scooter bleu se faufile

 

 

Sans savoir pourquoi
près de l’eau qui tourbillonne
le soleil se couche
au fond d’un lit blanc de neige
c’est le calme avant minuit

 

 

V.

Échangeur de vent
À l’Odéon rendez-vous
Bus 63
Pour Maubert-Mutualité
Là-bas l’horloge s’agite

XV.

Zébra d’autobus
Ô asymptote du jour
Qui court vers la grève
Entre mes doigts fins je froisse
La gazette du faubourg

Marie Grimonprez-Damm
( France)

Les tilleuls embaument
à la tombée de la nuit
au Mont Sainte Odile
je marche souvent vers eux
en mémoire pèlerine








Robert Guillouin

Sur la clématite
une coccinelle noire indécise
nos mains lentement
s’effleurent
dans la cuisine





Laurent Hilli

Terre rebattue
le ballon ne roule pas droit
sur le terrain vague
ils sont d’ores et déjà vieux
tous les enfants du quartier






Vincent Hoarau
Île de la Réunion
Des feuilles brunies
dans l'eau froide du caniveau
- le soleil sombre.
Cette année écoulée
l'ai-je assez aimée ?





Quand il se perd

dans le brouillard, le train
ne cesse pas d'exister -
chaque jour qui passe
tu penses à moi.

Martine Hautot
(Rouen, Seine Maritime / France)

Même la nuit
elles tombent, soupire
le ramasseur de feuilles.
 plus nombreuses et moins légères
que tes haïkus d'automne, ma mie
 
 
 
 

 


 
 
 
 
 
 

 

 

 

 

 

 

Énergiquement
ils prônent les économies
d'énergie
énergiquement ils sautent
dans leurs grosses cylindrées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 Printemps blessé
jour de colère -  Les cris
de Sarah et d'Agar
des deux côtés de la frontière
les mêmes enfants assassinés

 

Jean Irubetagoyena
(Pays basque / France)

Jean Irubetagoyena



Parmi les déchets
de la chambre d’une enfant
souvenir lointain
 
maintenue la tête en bas
la poupée cligne de l’œil.
 

 


 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si jeunes ! Soldats,
vous avancez vers la mort
au son des tambours.
 
dans les branches, ces corbeaux
heureux de votre destin…


 
 

 
 
 

 

 

 

 

Solo enlevé

symphonie en ut majeur

applaudissements

 

trompettistes ébahis

la flûtiste joue du corps

 

Guilhem Joanjordi

Aquitaine (France)

tous les jours je passe
en tram devant la boutique
des pompes funèbres
rien ne change à l’étalage
quelle que soit la saison

Lise Julien
Sillery, Québec  (Canada)


Forêt dégarnie
herbe blanche de grésil
la rose survit
dans la fleur de nos vies
l'amour marque les saisons

Monique Junchat
(Bourgogne, France)

Monique Junchat
Pas de banc libre
dans le square des mariages
où est le mien?
dans les massifs de fleurs
une pie va et vient, seule



L’espoir encore
d’un autre printemps
sur le petit balcon
le vieux monsieur
emmaillote son laurier

L’odeur des frésias
comme sa présence en moi
subtile et venimeuse
ouvrir grand la fenêtre
sur un autre jardin

Lavana Kray
(Roumanie)


Village fantôme
après le drame
nucléaire...
sur une corde à linge
un chausson de bébé

Des réfugiés
trainent toujours en chemin
vers n’importe où...
à l’orée de la forêt,
des fleurs de sang sur la neige

Céline Lajoie
(Québec / Canada)



Sous le vieux chêne

des sabots-de-la-Vierge

en mousse chaussés

les deux pieds sur sa terre

il rêve de cimes lointaines

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tournesol givré

aux graines emprisonnées

soleil d'hiver

la lumière de tes yeux bleus

me fait tourner la tête

 


 
 

 
 
 
 

 

 

 

Un petit nuage

dans la lumière de tes yeux

tendre clair-obscur

qui oserait se plaindre

de la chaleur du soleil

 


Cédric Landri
Caen (Normandie, France)
Une libellule
au sommet d’un fin roseau
fixe l’étranger
- en contemplation je scrute
les ailes d’un petit monde





Sur une salade
une mante religieuse
croque son amant
et toi au fond du jardin
tu deviens femme infidèle


Céline Landry
Montréal (Québec, Canada)



 

 

 

 

 

 

 

Métro  Mont-Royal
les passants attentifs
au chien du mendiant
dans le fond de son gobelet
juste un peu de neige

 


 

 

Allongé intubé
ce murmure est-ce « je t’aime »
ou froissement de draps
peut-être vent de novembre 
ou ma douleur qui  t’invente    

 

Nicolas Laurance
(Morbihan, France)

la rivière en crue
les enfants se réjouissent
les pieds dans les flaques
les vieux pleurent leur maison
et leur souvenirs perdus

 

 

 



Céline Lebel
Québec (Québec, Canada)
Sur le banc du parc
un monsieur distrait
qui parle tout seul
dans ma tête aussi ça parle
mais moi, je me tais

Gaétan Lecoq
Bretagne, France

Au soleil d’hiver
quand resplendit l’amandier
s’éveille la terre --
j’ai fait quatre pas de danse
à ton tout premier sourire




Nicolas Lemarin
Avignon (Vaucluse, France)


Les mouches s’enfuient
le temps d’un geste nerveux
puis reviennent.
l’idée de mourir un jour
se pose un peu plus loin


Déa L'Hoëst
Médoc, (Aquitaine, France)

Déa L'Hoëst

Rideaux tissés d’or
étincelant de flammes
rouges du matin
le vieux chat noir se chauffe
aux braises d’un feu ravivé

 

 

Le soir dans le noir
des lumières de la ville
la tour clignote
ses millions d'étincelles
en ceinture de chasteté

 

Lilas Ligier
Besançon (Doubs, France)

Quelques violettes
sèchent en un bouquet fragile
il parle de nous
plantés au bord de la route
dans la douceur du printemps






Marion Lubréac
(Orange, Vaucluse / France)

Marion Lubreac

 J’entends le silence
de la sève ruisselante
chanson d’écorce
fourmillement secret d’insectes
éclatement vert des feuilles

 

Les yeux dans le vague
sa peau nue devient fougère
ses seins nus se posent
comme des oiseaux, légers
sur la rondeur des nuages

Angèle Lux

Val-des-Monts, Québec (Canada)

Angèle Lux

 Volée de bernaches
entre les rives blanchies
deux traits indigo
ma ligne de vie n’est plus
qu’une longue cicatrice

 

Absence de vent
les soirs coupants de novembre
figés par le froid
sous le pommier centenaire
les cendres de grand-papa

Marie-Alice Maire
Rungis, (Île de France, France)
Les gerbes de blé
dansent sous la pleine lune
la nuit s'installe
des étés combien à vivre
avant l'oubli éternel ?




Olivier Massé
Bordeau (France)
Tant de voix se mêlent
des rires des discussions
des tasses se vident
deux ou trois personnes seules
m'offrent leur brulant mystère






Un ciel sombre et lourd
le printemps semble effacé
la pluie sans répit
je ne sais là-bas quel ciel
tes yeux peuvent contempler





À son téléphone

elle parle bruyamment
près de mon café
j'avais déjà tant de peine
à lire au fond de moi-même

Raymond Matabosch
Sud-Ouest(France)

Souffle un vent si frais
quand je vais dans la forêt
voir la même pierre.
sur les rives de l'attente,
dois-je y dormir solitaire?

 


Philippe Milbergue
 / France)

Sur le lit défait
le drap froissé rouge sang
s’endort de nos doutes
et l’ombre faible s’écarte
de ton corps se réveillant

Un papillon vert
sur le bord de ma soucoupe
prêt à s’envoler
le temps qui passe s’observe
dans le second battement



Francine Minguez
(Montréal, Québec / Canada)

Une promenade
et pas plus loin que chez soi
le pays multiple
C’est drôle comme on voyage
et sans aller nulle part

 Du bouleau tendre
nos si vieilles mains nouées
épousent l’écorce
notre peau parcheminée
de tant de jardins perdus !

La pluie s’éparpille
en fines gouttelettes
contre la fenêtre
tous mes rêves les plus solides
murs de verre en mille éclats!

Il faut une rivière
et plein de cahots au coeur
pour peut-être entendre
l’eau dans le coeur juste l’eau
qui gèle à pierre fendre


Mike Montreuil
(Ontario / Canada)

 

 

 

 

 

seule avec son café
la femme sur l’autre banc
me sourit avec ses yeux
        c’est comme ça la vie
        sans les minutes nécessaires

 

 

 

 

les nuages épais
couvrent le matin -
     une lumière
     qui cache la vérité
     du lit en désordre

 
 
 

 

 


 
 

 
 
 
 

 

 



 
 

ma table de cuisine
mes lunettes mises à coté
un poème m’attend
        les désirs sortent
        pour te dire je t’aime

 

Liliane Motet
(Région parisienne / France)

 

La rumeur du vent
traverse les volets clos
dans leur bois de chêne
la mère enroule à son doigt
une boucle de cheveux

 

 

 

 

 
 

 

 


 
 

 
 
 
 



 Isabelle Neveu

Varenne (Québec, Canada)

Des rayons de lune
déposés à nos pieds
comme deux fous
nous danserons
jusqu’au matin


 

 

 

 

 
 

 

 


 
 

 
 
 
 


Sido Notari

La Seyne sur Mer (Var, France)

 

 

 


 

 

Ininterrompue
la pluie de grêlons soudain
dans ce soir festif
l’effroi les cris en mémoire
puis cet étrange silence

Lydia Padellec
(Région parisienne / France)

 Lydia Padellec

 

 Depuis une semaine
les fleurs du pommier
se sont ouvertes –
depuis une semaine
pas de nouvelles de toi


 

Jour anniversaire
toi à Paris moi ici
500 km de baisers –
je regarde la pluie
frapper à la fenêtre 

 

 


 
 

 Métro parisien
de nouveaux distributeurs
pleins de sucreries –
enroulé dans sa couverture
un SDF rêve 


 
 

 
 
 
 

 

Lucy Pagé

Granby, Québec (Canada)

 

 

 


 

 

Dehors il fait froid
tombent les feuilles mortes
sur le pare-brise
au chaud, un fœtu

s cherche
la sortie obstinément
 



Jean-Baptiste Pedini

Toulouse (Haute Garonne, France)

Sous d'épais flocons
Le grand immeuble reste nu-
Linge suspendu.
et la lune s'engouffre
Dans le ventre des paraboles.

 




Brigitte Pellat

Languedoc-Roussillon, France

Sur les fleurs de menthe
le soleil de mon dimanche
danse en bourdonnant
un gros bourdon vert vrombit
le soleil de Gaza brûle


J’ouvre les volets
sur l’absence de Stella
et mon coeur se serre
l’espoir de son miaulement
en filigrane du jour


Les skate-boards des jeunes
sur l’aire de jeu résonnent
comme il y a neuf ans –
discrètement dans ma tête
les petits pas de ma mère






Josette Pellet
Grandvaux (Suisse)

Josette Pellet
Sur le couvre-lit
des animaux en peluche
dans ses yeux l’attente
bon dieu un si long voyage
et déjà l’envie de fuir !
Feuilles mortes
sur le bord de la fenêtre
vendredi 13
chez les voisins aujourd’hui
le coq est resté muet






Rampant dans la vigne

le voilà presque à la porte
le brouillard de l’aube
cette femme dans le miroir
presque une étrangère – vertige



Luce Pelletier
(Saint Basille Le Grand, québec / Canada)

Luce Pelletier

la cascade -
l'eau sans repos
s'éclate sur le roc
j'ai beau crier je ne sens
que mes tempes vibrer




Guy Pérez
Montreuil (région parisienne, France)


Le Cœur  est ouvert
aux éléments déchaînés
éternel élan
pour se frayer un passage
l’univers entre les mains

 





Hélène Phung
Nattages (Ain, France)


un parfum de cire
traverse la maison vide ~
posée sur la chaise
la veste de soie sauvage
que j’avais pour toi brodée

 

Femme kamikaze
ton ventre porteur de vie
bardé d’explosifs
je ne peux pas le comprendre
ô soeur de chair fleur de sang !




Christophe Poirier
Cran-Gevrier – Haute Savoie / France)

comme des épées
filent vers un ciel couvert
joncs pourpres et ors
percé d'un rai de lumière
mon corps saigne tristement

 




Ginette Andrée Poirier
Baie-Comeau (Québec, Canada)


D’une rive à l’autre
bercée par le vent
la pleine lune
te serrer dans mes bras
une dernière fois

 


Diane Prévot
Québec (Québec, Canada)

Les mailles perdues du tricot
relâche du temps
sur les matins blancs
mes cheveux aussi
ont blanchi


 

Daniel Py
(région parisienne, France)


Sur la plage
avec sa digue de sable
contre les vagues
l'enfant m'enseigna
le présent de l'éphémère


 
 





 

 

 

 

 

 

La lune descend
caresser la montagne (?)
lentement je vide
mon verre
pensant à toi

 

 


 
 

 
 
 
 

 

 

décédée d'un avc
à 33 ans,
cette pianiste –
fermer la radio
regarder les fleurs

 





Yann Quéro

(France)

Théière refroidie,
sur la rude natte en bambou ;
jasmin éventé ;
dans le silence de la chambre
les regards ne parlent plus.



 






Philippe Quinta

(Languedoc-Roussillon, France)

Philippe Quinta



 

Une heure avant l'aube
dans la maison silencieuse
l'odeur du café
les chats n’ont rien entendu
dorment en rond dans le linge



Ailes dépliées
sur le blanc du carrelage
une mouche morte
puis-je en passant le balai
ne pas songer à demain


Yann Redor
Bourgoin Jallieu (France)

 

Sur le bureau
les papiers éparpillés
la chatte y ronronne
elle a sept fois dix ans
à côté d’elle rajeunir

 

 

 

 

 


 

 


 

 



 
 

 

Germain Rehlinger

Alsace (France)
Ancien chemin creux
aux murs de pierre sèche
sueur des maçons
où sont les pas les rires
sous ronces et  éboulis

Geneviève Rey

Québec (Canada)

Geneviève Rey

Sur trois rangs
alignés pour la photo
des écoliers sages
mes camarades de classe
je ne les reconnais plus

Rue de banlieue
hockey sur asphalte
équipe improvisée
dans les buts
le plus petit







Cadeau précieux
sous le sapin d’autrefois
une orange
en retrouver le goût
à la fin de la guerre


Catherine Rigutto
Muron, Charente-Maritime (France)


Le vieux journal
oublié dans le jardin
enfin la neige
dissimule le chaos
enfin le silence








Dans son sac à main
un paquet de cigarettes
un briquet
des pilules antidouleur
désormais inutiles

Diane Robert
Estrie (Québec, Canada)

Près de la clôture
les vaches regardent
passer le train
notre premier baiser
chaperonné


Marie Jeanne Sakhinis-De Meis

(France)

Bateau ivre
la vie un long fleuve
rouge de sang
rouge de colères
rouge de hontes...











Rodrigo Sandoval
 (Québec / Canada)
 
naissance des ombres
poussière d’étoiles sur la neige
la fin du sentier
je suis bloqué à la frontière
du pays des motoneiges
 
        
 




 

 

 

 

 

 


une mouette en pause
sur le roi Édouard septième :
tête blanche sur vert bronze
je croise son regard flegmatique
qu’à-t-il fait pour être là ?


 
 

 
 
 
 

 

 

 

 

Pierre Saussus
(Grenoble, France)


bien qu’immobile
mon ombre croît et décroît
soumise à l’instant
 
pas un moment de répit
seule la nuit l’efface
        
 

 


 
 
 

 

 

 

 

 

 

 

clic un parapluie
entièrement déployé
brave l’averse
 
symphonie incessante
de rires et d’éclats joyeux

 

 


 
 

 
 

 

 

 

 

 


 scratch scratch quel plaisir
traîner les pieds dans les feuilles
souvenirs d’enfance
 
le passé est déjà loin
l’avenir est dans l’instant

 

Pascal Serpolet
( France)


Ce bol de thé noir
qui lui réchauffait les mains,
ressemblait au ciel…
je voudrais nicher ma vie
au souvenir de l’instant  
 

 

 
 

Pierre Signat
(Savoie, France)


Blanc et froid
sur les pétales roses
neige de printemps.

je vibre au spectacle
mais le magnolia ?

Patrick Simon

Né en 1953 en France, il vit maintenant entre le Québec (Canada) et la France.

Auteur d'une vingtaine de livres (romans, poésie, essais), il dirige depuis 2007 la Revue et les Editions du tanka francophone.

Un recueil de haïku et tanka fut publié en 2006 : "A deux pas de moi". Un recueil de tanka en 2008 : "Tout près de moi" et un recueil de renga co-écrit avec Martine Gonfalone-Modigliani : "Mots de l'entre-deux" (2010).

En 2015, un recueil de tanka et un essai sur le sujet seront publiés également.

 

Patrick Simon

Hommage à Verlaine

L'océan sonore 

mais ici fleuve immobile

formidablement

 

nuit de la pleine lune 

et le même silence

œ

 

Hommage à Sei Shônagon

Teint à la cendre peintre à la vue obscurcie d'avoir autant vu

ici je n'ose peindre

de si beaux cheveux mêlés

 

œ

 

Tel un bleu glacial

le printemps s’avancera

à pas compté bas

 

sur un paravent d’antan

des souvenirs à claire voie

 

Patrick Somprou

(France)




Longues promenades
sur les chemins pierreux
du temps qui passe
quarante années ensemble
pour encore combien de temps ?


Anna Tadjuideen Pakulska

Paris (France)

le placard de grand mère
plein de vêtements
pour les différentes occasions
parmi toutes ses robes
laquelle sera la dernière


Salvatore Tempo
 Bron, (Rhône-Alpes, France)
 

Chauffé aux bougies
et aux bons verres de saké
dans un coin du bar
une souris pour compagnie
je lui dévoile mes poèmes

        
 




 

 

 

 

 

 


Portée par le vent
une odeur papier brûlé
des lettres d'amour
Ne laisser aucune trace
cela en vaut-il la peine?

 
Maria Tirenescu
(Roumanie)


Le chat ronronne
dans la chaise longue de la grand-mère...
coucher du soleil...
au-dessus des montagnes de Săcel 
tombent les derniers flocons de neige
 
 
 

 
 

 

Je laisse
le livre de poésie
sur la table –
il neige tranquillement
et je suis seule

 

 

 

 

 

 

 

Au point du jour,
un bouton de rose fait du bain
dans la rosée.
Embrassant sa poupée,
la petite fille le regarde

 

 


 
 

 
 
 
 

 
Seulement une noisette
sur la branche qui se balance…
La lune se lève…
Fatigués, les petits-fils
boivent du lait bouilli.


Jessica Tremblay
(Colombie britanique / Canada)

ta copine
veut me connaître
tu parles
de moi sans cesse
apparemment


 
 

 

 

 

 

 

de cette marguerite
j’arrache un pétale
toi un deuxième
toutes les étoiles du ciel
qui peut les compter?
 
 

 


 
 

 
 
 
 

 

 



 
tu me donnes
un cadeau d’adieu
en disant
c’est drôle que ce soit
toi qui partes et pas moi

 


Nanikooo TSU
(Québec / Canada)

Ferme la porte
sur la mélancolie
qui tombe
 
Je ne connais
rien d'autre...

 

 

 

 

 

Venin noir
du solitaire
l'émotion calcinée
 
L'amour est partout
rien de spécial...

 


 
 

 
 
 
 

 

 


 
 
Dans la rizière
un dragon promet
bonheur de la récolte
 
Un papillon
fait la moue...

 

Louise Vachon

Louise Vachon a collaboré à plusieurs collectifs de haïkus : Dire le Nord (David, 2002), Ombres et lumières (Sofia, Bulgarie, Éditions LCR, 2003), Dire la faune (David, 2003), Dire la flore (David, 2004), Éclair soudain (AFH, 2005), L'érotique, poème court/haïku (Bruxelles, Éditions Biliki, 2006), etc..
Elle collabore régulièrement à des revues littéraires. Elle a mérité une mention honorable au 11e Concours de haïkus du journal Mainichi (Tokyo, Japon), section internationale, en 2007.

Une ambulance
descend la rue Saint-Denis
sirènes hurlantes
ce sentiment d’urgence
depuis mes cinquante ans





  

Jean Vegman
 Montréal, Québec / Canada)

 



 

Fin d’après midi
qui bleuit le ciel
en jaunissant les nuages
m’assures-tu que demain
notre hiver sera plus sage  

 









Tellement de neige

et si peu de mots
pour décrire la tempête
le capuchon sur la tête
Les tremblements de mes os

 

Geert Verbeke

Hollande

sur l'accotement
un canotier sur la tête
l'épouvantail -
dans son ombre allongé
leur premier rendez-vous




  

 

André Vézina
(Québec / Canada)

André Vézina

 

Promenade au parc
au bras de sa mère blanche
une enfant noire
 
À la une du journal
« Choc des civilisations »



 
Deux chaises tirées
sur la table oubliées
deux tasses vides
 
Dans l’air odeur de café
volutes de confidences

 


 
 

 
 
 
 

 


 

Au fond du jardin

ces vieux rosiers oubliés

ont trouvé la paix

 

Au jardin intérieur

je cherche mon espace

 

 

Annick Viardot
(France)


Feuilles d'érable
joli mélange de nuances
immortelles en peinture
 
un jour peut être j'irais
remplir mon cœur de couleurs
 
 
 

 


 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tournesol de mai
tournez-vous vers le soleil
souriez enfin !
 
si je regarde le soleil
Mon cœur s'ouvrira peut être

 


 
 

 
 
 
 

 

 

 



 

Chaleurs étouffantes
qui annoncent les orages
tonnent dans le lointain
 
par un jour d'hiver
tu es parti pour toujours.

 

Sandrine Waronski

Courbevoie (Ile de France, France)


Ciel de traîne
le soleil noie sa peine
dans l’obscurité
je cherche ton regard
du bout des doigts

 


 

 
Joyce Wong

Vancouvert (Colombie Britanique, Canada)


les ombres descendent,
suspendues dans le silence-
et encore j’hésite,
éveillée à cette heure tardive
. . . sans mots, sans courage