Présentation de "à l'imparfait présent", recueil de Catherine Monce
paru dans la Collection Pavillon de minuit

Index - - Catalogue

Mise à jour : 21 novembre 2020


Ode à l'imparfait présent

de Catherine Monce

Sortie : avril 2020

ISBN 978-2-923829-47-0

Prix public : 15 €

Préface

Là où naissent les désirs reste un lieu mystérieux, insondable. Voilà un carnet de voyage qui nous met en émoi, tant les poèmes sont doux à l’écoute… Et pourtant, dans le frémissement des mots tout se joue comme si le monde autour avait disparu. C’est mon rêve, je te crée. Je t’enlace comme l’Amour enlace Psyché. Tu restes de marbre, je suis sculpteur de mots. Les poèmes courts ou longs tracent ce chemin parsemé de désirs et de mouvements des corps, pays rêvé ou pays réel – qui peut le savoir ? Mais est-ce si important ?
Dans chacun des textes que vous allez lire, vous pourrez vous demander à qui ils s’adressent, voire parfois les prendre pour vous-même…
Parfois, ce trop-plein d’amour disparaît dans des questions existentielles qui rejoignent les nôtres de temps à autre. Et puis, cet amour s’épuise, tombe dans l’oubli malgré tant d’espérance !
 
Je me suis assoupi, épuisé par l’attente.
Un pétale envolé, le soupir d’une branche,
A posé sur mon rêve un parfum de peau blanche.
Ton visage immergé sous mes affres latentes
 
Ensuite, vient le temps de la correspondance, comme pour essayer de retisser les liens qui se délitent à jamais. Mais personne ne saura qui est qui dans ces échanges où chacun pourrait se reconnaître.

Et si tout cela était vain ?
 
J’aime un poète et non un homme.
J’aime ses mots plus que tes bras.
Je m’abandonne à un fantôme…

Pour autant, dans ce recueil poétique et touchant, se révèle une poésie flamboyante où chaque mot a sa signification éternelle.

Vous ne sortiriez pas indemne de cette lecture, comme une sorte de mantra, pas plus que moi, poète également.
Et avant de conclure, je citerai deux poètes en hommage à ce beau recueil de Catherine Monce :
 
« La poésie est ce qui renaît quand le monde est détruit. », de Victor Hugo,
 
« Ô l’absence ! Le moins clément des tous les maux
Se consoler avec des phrases, avec des mots
Puis, dans l’infini morose des pensées
De quoi vous rafraîchir, espérances lassées », de Paul Verlaine, La bonne chanson, X, 1870
 

Patrick Simon



Catherine Monce : à l'imparfait présent

Catherine Monce, auteure
Catherine Monce dans un salon du livre

Catherine Monce