Gosen waka shû
Compilé par Ônakatomi no Yoshinobu, Kiyohara no Motosuke, Minamoto no shitagô,Ki no Tokibumi (951)
Traductions de Renée Garde, Ise, poétesse et dame de cour, éditions Picquier
et traduction par Michel Viellard Baron (quand spécifié)
 Accueil  Retour -

Mise à jour : 9 avril 2015

Extraits : par numéro de poème

Le Gosen Wakashū (後撰和歌集, Collection tardive, est une anthologie impériale de poésie japonaise de genre waka compilée en 951 et comprend vingt rouleaux contenant 1.426 poèmes. Ce sont des poèmes qui avaient été écartés du Kokin-shû.

Poèmes par numéros

Poème 2

Haru tatsu to
kikitsuru karani
kasuga yama
kieahenu yuki no
hana to miyuramu

Ôshikôchi no Mitsune

Avoir entendu :
C'est aujourd'hui le printemps
Nous fera-t-il prendre
Pour des fleurs la neige qui
Peine à fondre sur les monts Kasuga ?a


( Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2)

Poème 22
Waga seko ni
Misen to omohishi
Mume no hana
Soretomo miezu
Yuki no furereba

             Anonyme

A vous, mon doux,
J'aurais tant voulu montrer
Les fleurs du prunier,
Mais on ne les distingue point
De la neige qui tombe


( Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2)

Poème 172


Ce coucou
que je ne pourrai ouïr
chanter de nouveau
au coeur de la nuit
a donc ouvert les yeux !

    Ise


Eté

209

Tsutsumedomo
Kakurenu mono ha
Natsu mushi no
Mi yori amareru
Omohi narikeri

             Anonyme

J'ai beau l'envelopper
Ne puis le tenir caché
Ce feu d'amour qui
Irradie de ma personne
Telle la lumière des lucioles

( Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2)

289

Lorsqu'en rangs serrés
en vos courettes étroites
vous les invitiez,
les hôtes séjournent-ils,
avenantes linaigrettes ?

        Ise

Automne

Poème 302

Aki no ta no
Kariho no iho no
Toma wo arami
Waga koromode ha
Tsuyu ni nuretsutsu

             L'empereur Tenji

Dans le champ d'automne
Une natte grossière
Couvre la cabane
Aussi ma manche est-elle
Toute baignée de rosée


( Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2)



308
Shira tsuyu ni
Kase no fukishiku
Aki no no ha
Tsuranuki tomenu
Tama zo chirikeru

             Fun.Ya no Asayasu

Dans la lande d'automne
Le vent souffle et souffle encore
Sur la blanche rosée :
Voici que tombent des perles
Que nul cordon ne retient
( Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2)

360
Aki kase ni
Sasohare wataru
Karigane ha
Mono omofu hito non
Yado wo yokanan

             Anonyme

Oies sauvage qui
Conviées par le vent d'automne,
Passez en volant,
Evitez donc la demeure
De celui qui languit d'amour
( Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2)

Hiver

445
Kaminadzuki
Furimi furazumi
Sadame naki
Shigure zo fuyu no
Hadjime narikeru

             Anonyme

Imprévisibles,
Au dixième mois elles s'abattent
Où ne s'abattent point
Mais ce sont bien les ondées
Qui marquent le début de l'hiver
( Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2)


458

De ses habitants
abandonnées la demeure
offre à mon regard
le riche brocart tissé
par l'automne en ces feuillages

        Ise

459

Mes larmes de sang
ont noyé les pluies d'automne
- ma vieille demeure
s'en trouve assombrie, bien plus
que la teinte des feuillages

        Ise

Amour

515

Notre amour me fait
Verser des rivières de larmes
Mais je ne serai pas
Ecume flottant à la surface
Qui disparaît sans vous revoir

             Ise

Omohigaha
Taezu nagaruru
Midzu no awa no
Utakata hito ni
Ahade kieme ya
( Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2)

555

Saura-t-on me dire
comment un coeur qui est un
en deux se partage
de détresse et d'abandon...
Messire, qu'en pensez-vous ?

        Ise

577

Asadjifu no
Wono no shino hara
Shinoburedo
Amarite nado ka
Hito no kohishiki

          Minamoto no Hitoshi

Dans la petite lande
Où poussent roseaux et bambous nains
Discret suis venu
Mais me cacher, je ne puis plus
Tant mon amour pour vous est fort
( Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2)

617

Un grain de poussière
ne laisserai s'installer
maintenant qu'ils sont
en fleur, oeillets de la couche
où je dors avec m'amie

        Kakahira

618

De cet océan
de confliance les tréfonds
se sont asséchés
- tristesse et douleur de qui
en est devenue rive !

        Ise


619
Adzumadji no
Sano no funabashi
Kakete nomi
Omohi wataru wo
Shiru hito no naki

          Minamoto no Hitoshi

Combien me désole
Que vous ignoriez ce sentiment
Qui, toujours, à vos
Me relie, tel le pont de barques
A Sano, sur la route de l'Est
( Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2)


Poème 662

Omohamu to
Tanomeshi koto mo
Aru mono wo
Nakina ha tatede
Tada ni wasureyo

Ono no Takamura

Vous m'aviez fait croire
Que longtemps nous nous aimerions
Et il n'en est rien :
Eh bien, oubliez-moi donc,
Ne répondez point de rumeurs !


( Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2)

679

Afu koto ha
Towoyamazuri no
Karigoromo
Kite ha kahinaki
Ne wo nomi zo naku

       Le Prince impérial Motoyoshi

Sur l'habit de chasse
Une montagne lointaine, comme
Notre rencontre à venir :
Même le porter n'y ferait rien
Venir à vous n'y ferait rien
( Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2)

750

Tantôt profonde et
tantôt rapide, dit-on
mais cette rivière
je voudrai qu'on la franchisse
pour dire qu'on la connait

        Tokihira

751

Ne dirait-on pas
qu'imperceptiblement triste
désamour unit
ma destinées au courant
de la rivière Asuka ?

        Ise

752

De la rivière Asuka
si j'étais homme à pouvoir
arrêter le cours,
je ne vous laisserais dire
qu'il est rapide ou profond ?

        Tokihira

756

Calmez je vous prie
ce coeur dès le crépuscule -
l'ire déferlante
qui a brouillé votre couche
requert un brin de ménage

        Nakahari

757
Des dieux de la mer
l'ire a dévasté ma couche :
une fois encore
si l'effleurait cette manche
brève écume deviendrait

        Ise

830

Entêtée d'un seul
ne vous laissez consumer :
l'unique constance
en ce bas monde est sans doute
celle des coeurs qui se lassent

        Tokihira

831

Malheureuse qui
ne connaissais l'insconstance
constance du monde,
je crois bien cette fois-ci
que je n'y survivrai point !

        Ise

937

Je ne peux vous dire
ni oui ni non en réponse
- ce monde cruel
laisse en suspens mes pensers
en entrave mes penchants

        Ise

960

Wabinureba
Ima hata onaji
Naniha naru
Mi wo tsukushite mo
Ahamu to zo omofu

             Le Prince impérial Motoyoshi

Je souffre déjà
Et me moque des conséquences
- Bouée de Naniwa -
Dussé-je en perdre la vie
Ce que je veux, c'est vous voir !
( Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2)

1075

Saga no yama
Miyuki taenishi
Serigaha no
Chiyo no furu michi
Ato ha arikeri

            Ariwara no Yukihira

Etaient interrompues
Les chasses de l'empereu Saga
A la rivière Seri :
Subsiste pourtant la trace
De son antique sentier
( Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2)


1258

Votre coeur varie
tel la rivière Asuka
tantôt profonde et
tantôt rapide - Là-dessus
les avis ne varient point

        Ise

1270

En telle harmonie
que lorsque langueur me prend
sise en cette manche
même la lune épanche
sur son visage la peine

        Ise

1291

Torrent de montage
j'entends son cours impétueux
comme du Palais
la rumeur me parvient... Ah,
je voudrais le voir encore !

        Ise

1340

Tout en promettant
de revenir, qu'elle est dure
la séparation !
Plus dure encor ce matin
car ne sait quand reviendrai

        Tokihira

1341

Si vous m'aviez dit
lors de la séparation
"Ah ! Quand reviendrai-je... ?"
Dans les larmes, moi aussi
je me trouverai noyée
       
        Ise

Poèmes de félicitation

1373

Ohohara ya
Woshiho no yama no
Komatsubara
Chiyo no kage min

             Ki no Tsurayuki (composé en 935)

Jeunes pins de la lande
Sur la colline d'Oshio
A Ôhara,
Croissez donc rapidemment
Que je voie votre ombre millénaire !


( Recueil des joyaux d’or et d’autres poèmes, traduit et présenté par Michel Vieillard-Baron, Les Belles Lettres, Paris, 978-2-251-7225-2)

1394

Même si ces fleurs,
nous dit-on, sont immortelles,
nous sommes plongés
dans la détresse - nos larmes
un jour s'épuiseront-elles ?

        Ise

1395

A l'évocation
de ces fleurs les coeurs gémissent
et cette pensée
fait jaillir encore plus
de larmes intarissables

        Anonyme